Coupe du monde 2022 au Qatar Le test des droits de l’homme

Coupe du monde 2022 au Qatar
Miss Lilou
La désignation du Qatar comme pays organisateur du Mondial de football de 2022 par la Fédération internationale de football (FIFA) en fin décembre 2010 fut source de plusieurs polémiques. Cependant, celle qui ce attire le plus l’attention de la communauté internationale concerne les terribles conditions de travail des ouvriers migrants, ainsi que les multiples violations des droits de l’homme commises à leur égard. À titre indicatif, le quotidien britannique The Guardian rapporte, sur la base des documents fournis par les ambassades des travailleurs migrants, qu’il y a en moyenne un décès par jour sur les chantiers du Mondial 2022.

C’est à la surprise générale que la FIFA a écarté les candidatures de l’Australie, de la Corée, du Japon et des États-Unis au profit de celle du Qatar, un pays sans tradition sportive, pour l’organisation du Mondial de 2022. Rien ne laissait croire que ce petit pays de 1,7 million d’habitants, dont seulement 225 000 personnes possèdent la citoyenneté qatarie, d’une superficie de 11 600 km², allait se voir attribuer la plus prestigieuse compétition du sport le plus populaire de la planète.

Il faut rappeler que l’Emirat, dont l’équipe nationale de football est actuellement classée 101e à la FIFA, n’a jamais participé à une Coupe du monde et ne se qualifiera probablement pas avant 2022. Cependant, la multiplication des événements sportifs de grande envergure en sol qatari laisse croire que la presqu’île du Golfe mise sur le sport pour affirmer la stabilité politique de son pays et intensifier son aura internationale. Selon une étude du cabinet Deloitte publiée en mai dernier, le Qatar prévoit investir 200 milliards de dollars dans la construction des infrastructures qui vont servir directement ou indirectement  du Mondial de 2022, soit plus que son PIB de l’an dernier lequel se chiffre à 190 milliards selon le FMI.

Il faut concéder au Qatar qu’il aura le mérite d’être le premier pays du monde arabo-musulman à accueillir un Mondial de football. Il a l’avantage d’être relativement proche de l’Europe, d’où proviennent les principaux commanditaires de la Coupe du monde, et de ne pas avoir les problèmes de décalage qu’auraient eus la plupart des autres candidats. De plus, le Qatar s’est engagé à offrir, suite à la compétition, certaines composantes de ses stades modernes à des pays en voie de développement manquant d’infrastructures sportives. En somme, il semblerait que le Qatar soit prêt à toutes les exubérances pour la bonne réalisation de « sa » coupe du monde, mais à quel coût pour les droits de l’homme ?

Situation des travailleurs migrants

Selon Amnistie internationale, le Qatar dénombre  près de 1,35 million de travailleurs étrangers, soit un ratio de six travailleurs migrants pour un citoyen, dont la grande majorité est originaire de l’Asie du Sud. 

Ceux-ci représentent 94 % de la main-d’oeuvre totale du pays. Bien qu’en juin 2012 Human Rights Watch (HRW) ait publié un rapport exhaustif mettant en évidence les lacunes présentes dans le cadre législatif et réglementaire du Qatar ainsi que les conséquences que cela implique pour les travailleurs migrants, ce n’est qu’en fin septembre dernier que la réalité des conditions de travail des ouvriers sud-asiatiques, appelés à travailler sur les chantiers de construction du Mondial 2022, prit une ampleur internationale avec la publication par le quotidien The Guardian d’un reportage alarmant. Subséquemment, soit le 17 novembre, Amnistie Internationale a publié un rapport visant spécifiquement à décrire les abus dont les travailleurs migrants sont victimes dans le secteur de la construction en vue de la Coupe mondiale du Qatar. On y dénonce, notamment, le travail forcé, les salaires souvent non versés ou avec un retard considérable, la confiscation de passeport par les employeurs, les conditions de travail dures et dangereuses, la malnutrition des ouvriers, le manque d’accès à l’eau potable et les conditions de logement précaires. Selon Jean-François Dubost, d’Amnistie Internationale France, la cause première de ces violations des droits de l’homme repose sur le système de « kafala ».

Ledit système, prévaut au Qatar et en Arabie Saoudite et consiste à obliger les travailleurs migrants à se faire parrainer par une personne physique ou morale possédant la citoyenneté du pays d’accueil. Là où le bât blesse est que pour sortir du pays, le parrainé doit avoir la permission de son répondant, dit « le kafile ». Ce dernier peut, en cas de litige, empêcher le travailleur immigré de sortir du territoire, le tout sans fournir de justification. Au Qatar, la kafala s’exprime à travers la Loi de 2009 sur le parrainage dont l’article 18 stipule que le travailleur immigré a toujours besoin de l’autorisation du parrain pour quitter le pays provisoirement ou définitivement. Il va sans dire que cela contrevient au droit universel à la liberté de circulation. 

Selon Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient de HRW, le système de visa de sortie enchaîne injustement les travailleurs étrangers à leurs employeurs qataris, les exposant ainsi à un traitement injuste et à l’exploitation. L’ambassadrice du Népal à Doha, Mme Kumari harma, a d’ailleurs été rappelée par son gouvernement en septembre dernier après avoir décrit métaphoriquement le Qatar comme une « prison à ciel ouvert ». Rappelons que le Qatar est pourtant signataire des Conventions n° 29 et 105 de l’Organisation internationale du travail qui condamnent le travail forcé.

Une forte pression internationale 

À la mi-septembre, le Rapporteur spécial de l’ONUsur les droits de l’homme des migrants, François Crépeau, s’est dit préoccupé par les conditions de travail périlleuses sur les chantiers de construction et a demandé au Qatar de fixer un salaire minimum pour tous les travailleurs en plus d’abolir le système de « kafala ». Suite à la sortie du rapporteur spécial de l’ONU, la Confédération syndicale internationale s’est exprimée publiquement en appelant les autorités qataries à abolir le système de visa de sortie et à adopter des lois nationales qui accordent aux travailleurs migrants la liberté syndicale. Un mois plus tard, soit le 21 novembre, le Parlement européen a adopté une résolution sur le Qatar dans laquelle il lui demande de ratifier la Convention des travailleurs migrants, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, ainsi que les conventions de l’OIT. Le Parlement européen dénonce les conditions de travail relevées par Amnistie internationale ainsi que HRW et le système de parrainage des ouvriers étrangers.

En réponse à la multiplicité des critiques internationales, le Comité suprême du Qatar en charge de l’organisation du Mondial-2022 a annoncé, le 11 février dernier, avoir adopté, en collaboration avec l’OIT, une série de mesures visant à respecter le bien-être des travailleurs migrants et à s’assurer que les sous-traitants paient leurs employés et et leur garantissent des conditions salubres. Bien qu’aucune réforme du système de « kafala » ne pointe à l’horizon, il faut considérer cela comme une petite victoire pour les droits de l’homme.

Comme le dit si bien Jan Egeland, directeur de la section européenne de HRW, alors que se construisent les stades et autres infrastructures connexes nécessaires pour accueillir le Mondial de football 2022, la plus grande menace à la réputation internationale du Qatar réside dans les droits des travailleurs migrants. Entre deux scénarios hypothétiques, le plus optimiste serait que la Coupe du monde 2022 soit le déclencheur d’un changement positif et durable pour la société qatarie et les travailleurs migrants qui constituent une forte majorité au pays. Autrement, le Mondial 2022 ne laisserait derrière lui qu’un creuset de l’exploitation et de la misère des travailleurs qui l’édifieront. Avant même 2022, le premier match à jouer doit être celui du respect des normes du droit international.  Ceci prévaut pour toutes les compétitions sportives internationales. 

Tomy Béliveau

Provenance
Université Laval

Tomy  Béliveau

Fonction/Poste/Étude
Candidat à la Maîtrise aux Hautes études internationales (HEI)